humago philanthropie

Le Cron démarre

Mur social Infolettre Forfaits Inscription gratuite Connexion

Le Cron démarre

André B. Charron : Plaidoyer pour la dignité humaine

Publié le jeudi 19 septembre 2013

Publié par Jérôme Langevin

Grand Montréal

André B. Charron : Plaidoyer pour la dignité humaine

Une chaire de recherche sur la maladie d’Alzheimer qui gagne à être mieux connue

Le chiffre a de quoi marquer les esprits : 1 million de dollars pour la création d’une chaire de recherche sur la maladie d’Alzheimer et son fonctionnement les six premières années. S’en souvient-on? C’était l’an dernier, en 2012.

André B. Charron, dont la famille contribue en partie à ce fonds créé en lien étroit avec la Fondation universitaire Armand-Frappier de l'INRS, n’en revient pas à quel point il est difficile de faire bouger les choses. Une fois celles-ci enclenchées, il est ardu de conserver l’intérêt médiatique et une certaine vitesse de croisière sur le plan des contributions. « On est dans un monde où les gens vivent au quotidien dans un sentiment d’urgence un peu artificiel, de sorte que lorsqu’il y a de véritables urgences, celles-ci ne sont pas toujours prises en compte comme elles le devraient. » Or, dans le domaine médical, on crie rarement au loup pour rien.

Aussi, c’est une équipe de chercheurs qu’André B. Charron veut monter pour traquer le mal qui a étouffé peu à peu la flamme qui brillait dans les yeux de son père. Financier comme celui-ci, André B. a ainsi pris en charge les philanthropies de son père. Ancien président de Lévesque-Beaubien et administrateur engagé pour le Centre INRS-Institut Armand-Frappier, son père a vu depuis l’année 2005 ses facultés péricliter. En 2006, André B., l’aîné de la famille prend des mains de son prédécesseur le bâton de pèlerin de la Fondation universitaire Armand-Frappier de l'INRS avec un objectif très clair : « L’Alzheimer, c’est la destruction neurologique du cerveau, rien de moins! La recherche fondamentale, c’est la principale voie qui existe pour trouver un remède et faire arrêter ou au moins ralentir les effets de cette maladie! »

Non pas que l’Aide aux familles ne lui apparaissait pas essentielle, au contraire! André, ses frères, ses sœurs, sa mère, connaissent trop bien ce qu’il en coûte de palier sur le plan humain et monétaire à ce dérèglement qui rend progressivement la personne invalide, incapable d’effectuer les fonctions mécaniques du corps humain que l’on prend pour acquises comme avaler correctement, par exemple. Jusqu’au décès de son mari en 2011, Mme Louise Mongeau Charron a aussi tenu le fort : « Cela crée tant de souffrance et de fatigue d’encadrer et de soutenir dans la dignité quelqu’un qu’on aime et dont la mécanique cérébrale ne fonctionne plus, c’est affolant! »Toutefois, pour son fils de 55 ans qui assiste depuis cinq ans à nombre de conférences sur le sujet, il convient d’adopter la meilleure stratégie.

Un nombre grandissant de familles ont un de leur membre touché par la maladie, il est indispensable de se doter d’un quartier général formé des meilleurs chercheurs pour s’attaquer à la racine du mal. Selon André B. Charron, seules une mise en commun des cerveaux et une prise de conscience collective prenant la forme d’un nouvel engagement philanthropique, notamment dans les communautés d’affaires, permettront à notre société de mieux comprendre et soigner cette maladie.

Le Cron démarre

À propos de l'auteur

Jérôme Langevin

Jérôme Langevin

Rédacteur/collaborateur pour HUMAGO

Le Cron démarre

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter à la communauté HUMAGO pour laisser un commentaire.

La philanthropie selon HUMAGO®

La Fondation HUMAGO® a pour mission première de développer la culture philanthropique chez nos jeunes d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain. Elle entend promouvoir, encourager et développer l’engagement social auprès des citoyens pour imaginer ensemble un monde meilleur.

Communauté

Individu
Forfaits
Collaborateur
La Communauté HUMAGO
Radio
Nos partenaires
Le Cron démarre

Suivez-nous

Page médias (logos)
Infolettres (archives)
Infolettres (s'abonner)
On parle de nous
Facebook
Twitter

Le Cron démarre
Le Cron démarre