humago philanthropie

Mur social Infolettre Forfaits Inscription gratuite Connexion

Leur ténacité triomphe de la dysphasie

Publié le mercredi 28 mai 2014

Publié par Association québécoise de la dysphasie

Montérégie

Leur ténacité triomphe de la dysphasie
L'équipe de l'Association québécoise de la dysphasie à la Course Banque Scotia

En avril dernier, Jean-Philippe Hottote participait à la course de 5 km du Défi caritatif de la Banque Scotia afin d’amasser des fonds pour une cause qui lui tient à cœur et ainsi aider à combattre les préjugés qu’éprouvent les jeunes dysphasiques.

Membre de l’Association québécoise de la dysphasie, région Montérégie, Jean-Philippe est un jeune homme dysphasique plein de surprises.  À peine a-t-il terminé un projet, qu’il en commence un autre. Depuis quelques années, il s’engage à faire connaître la dysphasie et à sensibiliser son entourage à ce que vivent les jeunes ayant ce trouble neurologique.

Dans une société où tout va trop vite et où performance égale réussite, les jeunes dysphasiques doivent développer leur estime de soi afin de faire face aux nombreux défis à venir. Aussi, ils doivent apprendre à bien s’outiller afin de mieux connaître leurs forces et leurs passions pour aller loin dans la vie. Mais comment peuvent-ils réussir lorsque le langage est un casse-tête?

L’Association québécoise de la dysphasie, région Montérégie, a pour but de sensibiliser la communauté à la réalité que vivent les personnes ayant une dysphasie. La dysphasie est un trouble primaire du langage qui affecte l’expression et souvent la compréhension, et qui s’observe par des atteintes variables de plus d’une composante du langage, qui sont la phonologie, la morphosyntaxe, la sémantique et la pragmatique.

Jean-Philippe-dysphasie-HUMAGOBien déterminé et très persévérant, Jean-Philippe réussit à relever plusieurs défis depuis qu’il est tout petit. Communiquer avec son entourage à l’aide de signes. Apprendre à dire les bons mots et à comprendre leur signification au sens propre à travers des images. Au primaire, l’apprentissage des couleurs, des formes et du temps s’ajoutera à celui de la lecture, de l’écriture et des mathématiques. Beaucoup de notions à assimiler en peu de temps. Pour y arriver, il devra fréquenter des classes de langage situées dans une école hors de son quartier. Des petites classes de 10 à 12 élèves qui le suivront tout au long de son  primaire mais dont l’éloignement ne permet pas aux jeunes de se voir facilement en dehors de l’école. Parce que Jean-Philippe a été diagnostiqué très jeune et que les classes de langage étaient disponibles dans sa commission scolaire, ses parents ont pu choisir le meilleur parcours scolaire pour leur fils. Certains jeunes auront un diagnostic seulement au début du primaire. Leurs parents devront absolument se renseigner sur la dysphasie, assister aux réunions des plans d’intervention et faire des choix.   Un des objectifs de l’Association québécoise de la dysphasie est d’informer ses membres de leurs  droits et des services dont ils peuvent bénéficier.

L’arrivée au secondaire a été un vrai choc pour Jean-Philippe. Sa popularité en a pris un coup puisqu’il ne connaissait presque personne. Vu son manque de maturité, il débutera sa nouvelle vie étudiante dans une classe d’adaptation scolaire. Cette année de transition lui permettra de se familiariser  avec le cadenas du casier, les changements de classe et de professeurs ainsi que les activités midi et parascolaires. Au niveau académique, Jean-Philippe mettra les bouchées doubles. Encouragé par ses professeurs, il réussira à réduire son retard et entrera l’année suivante au régulier en 1ère secondaire. Grâce à des activités parascolaires, il développera, au cours des prochaines années, son réseau social et son autodétermination en persévérant dans ses études et en effectuant, chaque année, un voyage.

Considérant les résultats obtenus en 3e secondaire, il a choisi l’option mathématique sciences naturelles afin de s’ouvrir le plus de portes possible au CEGEP. Pour la première fois, ses parents n’iront pas rencontrer la direction de sa nouvelle école. Au 4e secondaire,  Jean-Philippe continue à développer sa vie sociale en s’impliquant dans le conseil étudiant et le comité spectacle. En plus, il suit un cours de secourisme, s’inscrit au voyage Quatuor Europe et continue ses cours de conduite. Rien ne l’arrête, il veut communiquer le plus possible avec ses pairs. Ne pouvant assister à la première rencontre parent/prof, ses parents se fient à la perception de Jean-Philippe sur ses études. Cependant, ses notes en mathématiques sont très basses et surtout très loin des résultats qu’il attendait. Comme à chaque année, il redoublera ses efforts mais cette fois-ci cela ne portera pas fruits. Combien d’échecs peut-il encaisser?  

Heureusement, qu’il est un des neuf jeunes dysphasiques participant au projet «La dysphasie, au-delà du sommet» (projet ADS). Un projet au sein du chapitre provincial de l’Association et dont une des finalités est de soutenir la persévérance scolaire des jeunes adolescents dysphasiques exposés à un haut risque de décrochage scolaire. Ensemble, et avec l’aide des intervenants, ces jeunes travailleront l’autodétermination et le dépassement de soi. En côtoyant les parents des autres jeunes dysphasiques, ceux de Jean-Philippe découvriront que tous ont dû se battre pour avoir des services au secondaire. Aussi, on les informera des différents outils auxquels Jean-Philippe a droit pour passer ses examens. En regroupant les personnes vivant avec la dysphasie et leur entourage, l’Association favorise l’aide et l’entraide entre eux.

Qu’importe la matière, Jean-Philippe apprendra qu’une simple réponse ce n’est pas suffisant. Pour réussir, il faudra qu’il décrive sa démarche en détail et de façon bien ordonnée afin que le professeur puisse bien l’évaluer et ce, selon les exigences du Ministère. Pas facile pour un jeune dysphasique lorsque le plan d’intervention n’a pas été respecté. Afin qu’il puisse avoir sa carte de temps supplémentaires à laquelle il a droit pour passer ses examens, ses parents devront intervenir auprès de la direction quelques semaines avant les examens du Ministère. La dysphasie étant un trouble d’apprentissage invisible et peu connu, il devra prendre le temps d’en informer ses profs afin que ces derniers puissent l’aider dans la mesure du possible. Jean-Philippe réussira à obtenir son D.E.C. en assistant aux cours de récupération, de rattrapage et d’été. Présentement, Jean-Philippe poursuit ses études afin de devenir travailleur social.

Jean-Philippe ne pense pas juste à son cheminement scolaire. Afin de sensibiliser la population à ce que vivent les jeunes dysphasiques il montera des kiosques et donnera des conférences sur la dysphasie et sur le projet ADS. Il parlera du défi relevé avec brio par neuf jeunes dysphasiques : l’atteinte du sommet du mont Khundu Ri au Népal, un sommet de 4300 mètres. Lors du cocktail-bénéfice d’octobre dernier, il témoignera de son parcours scolaire et de son périple au Népal via le projet ADS juste avant la conférence du motivateur M. Jean-Marc Chaput. Il contribuera à des recherches sur la dysphasie via le projet ADS et EBOS. De plus, il témoignera de l’univers ADS lors des visionnements d’«ASHA», le documentaire sur cette fabuleuse aventure thérapeutique.

Si on leur accorde du temps, les jeunes dysphasiques sont capables de réaliser de grandes choses grâce à leur détermination, leur persévérance, en un mot grâce à leur ténacité. À travers le Québec, de plus en plus de jeunes dysphasiques, prennent la parole. Avec le soutien des différents chapitres de l’Association, ils sensibilisent la population à ce qu’ils vivent afin d’aider d’autres jeunes et leurs parents.

  • Nombre de lectures: 2315

À propos de l'auteur

Association québécoise de la dysphasie

Association québécoise de la dysphasie

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter à la communauté HUMAGO pour laisser un commentaire.

La philanthropie selon HUMAGO®

Avoir du plaisir à donner pour aider sa communauté. HUMAGO® est un moyen simple de recueillir des fonds en ligne (crowdfunding) ou d’inscrire vos évènements sans frais pour soutenir votre cause.

À propos

HUMAGO
HUMACOM
Nous joindre
Crowdfunding/Sociofinancement
Offres d'emploi
Publicité
Vie privée
Politique

Communauté

Individu
Forfaits
Collaborateur
La Communauté HUMAGO
Radio
Nos partenaires

Suivez-nous

Page médias (logos)
Infolettres (archives)
Infolettres (s'abonner)
On parle de nous
Facebook
Twitter